REGRETS

Publié le 29 janvier 2024 à 03:43

LE PAPE ET L'UKRAINE

Que penser de ce récent article du journaliste Québécois Jack Dion ? [Le pape, dans une interview à la télévision suisse RTS, a appelé à mettre un terme à la guerre en Ukraine « avant que les choses ne s’aggravent », appelant à « avoir le courage de hisser un drapeau blanc et de négocier ». Sauf surprise, le chef de l’Eglise catholique devrait donc d’ici peu être traité de collabo, de pacifiste bêlant, de défaitiste ou de traître vendu à Poutine, voire tout à la fois. Tel est, en effet, le sort médiatique réservé à ceux qui ne s’alignent pas urbi et orbi sur les appels à la mobilisation générale lancés ici et là pour rejoindre le front ukrainien et partir en guerre contre Moscou. Emmanuel Macron a donné le ton. Depuis, chacun y va de son ralliement à la rhétorique élyséenne en expliquant que la Russie ne doit absolument pas gagner cette guerre. Comme elle ne peut pas la perdre, une telle grille d’analyse débouche forcément sur un cimetière où s’accumulent les cadavres des deux camps, rejoints par ceux de civils qui n’ont rien demandé à personne. Autant donc creuser le chemin d’une paix qui sera sans doute difficile à défricher, mais qui est la seule solution pour protéger l’Europe d’un conflit pouvant à tout moment déboucher sur une déflagration générale.]                                

Lire plus »

ABD-EL-KADER

Il ne s’agit nullement ici de détailler les causes et conséquences du débarquement des troupes de Charles X en 1830 en Algérie car les raisons de cette opération controversée sont complexes. Les erreurs du passé, qu’elles soient le fait des uns ou des autres, doivent plutôt nous servir de leçon pour ne plus les reproduire. Raviver sans cesse d’anciennes blessures est malsain car on ne refait pas l’histoire. Je souhaite ici parler d’un homme considéré comme un modèle de droiture et de courage, figure majeure de fraternité et de tolérance dans l’islam.

Lire plus »

L'EPREUVE DU TEMPS

Je sors de l’hôpital Pasteur et je pleure comme un enfant ; ma mère va mourir. C’est terrible car je réalise que je ne la verrai plus jamais. Le lendemain, l’hôpital me téléphone : c’est fini. Elle est partie et m’a laissé tout seul. Je vais la voir une dernière fois sur son lit d’hôpital et je mets ma joue sur son ventre. Le monde s’écroule dans ma tête.

Lire plus »

ACHETER ? POURQUOI FAIRE ?

Il y a des dépenses plus ou moins nécessaires et celles qui relèvent de la pulsion, du rêve de toujours, du désir d’acheter pour le plaisir de posséder tel ou tel objet. Je ne vais pas faire ici une dissertation sur « le désir de l’objet ou l’objet du désir » mais raconter quelque chose de banal, très révélateur et qui concerne tout le monde dans cette société de consommation. Qui n’a pas eu envie de posséder le dernier téléphone portable avec une technologie de fou, les dernières chaussures à la mode qui coutent « une blinde » ou une belle voiture ? Tant que cela reste juste un désir mais que la raison est plus forte, il n’y a pas de problème. Mais il arrive que ce désir de l’objet l’emporte, et là, on perd le contrôle, on devient l’esclave de cette société de consommation, on fait la fortune des vendeurs de tous acabits et notamment du commerce en ligne où un seul clic suffit. Que peut-il se passer quand on gagne au tiercé où qu’un héritage vous tombe du ciel ?

Lire plus »

REVEILLER LA DEMOCRATIE

Je reprends ici le texte d’un papier que j’avais posté sur un forum (dont je tairai le nom) avec en vignette d’entrée, la photo d’une affiche effrayante placardée sur un arbre que j’avais naïvement photographiée. Aujourd’hui on ne peut plus, hélas, rapporter des faits réels, pour peu qu’ils fassent ressortir les démons du moment, sans déclencher des avalanches de réactions imbéciles de gens qui ne prennent pas le temps de réfléchir et réagissent de façon stéréotypée. On a l’impression que l’esprit humain a été contaminé par les moteurs de recherche qui réagissent à des « mots clés ». Cela me fait penser aussi à ces logiciels dits « de contrôle parental » qui interdisaient par exemple l’accès à la définition des mots comme « cul de sac », classés comme pornographique !  

Lire plus »

DE LA DISCRIMINATION ENVERS LES FEMMES

Parmi toutes les discriminations, il en est une que certains cachent aujourd’hui derrière tout un système de valeurs plus ou moins spirituelles qui fait beaucoup de dégâts, c’est celle faite envers les femmes. Actuellement, plus de 70% de jeunes gens dans le monde qui n’ont pas accès à l’école ni aux emplois sont des femmes.

Lire plus »

LE DROIT A LA DIFFERENCE

Le droit à la différence semble être de plus en plus la pierre angulaire de notre société. Ainsi, avec mon passé dans la violence et dans la haine entre communautés du Maghreb, qu’est-ce qui m’aurait dit qu’un jour j’épouserais une fille de famille Kabyle et Berbère qui me donnerait quatre beaux enfants dont les visages rappellent nos origines lointaines où se mélangent, Espagnols, Italiens, Alsaciens-Lorrains, Maghrébins, Bretons, Indous musulmans et même Touareg, à tel point que mes deux fils ont des yeux d’asiatiques ! Il est donc possible d’arrêter le processus de la haine si on écoute un peu son cœur en faisant l’effort d’apprendre à se connaître soi-même pour mieux connaître l’autre.

Lire plus »

EPOQUE DE LA VIOLENCE ET DU CRIME EN PLEINE GLOIRE

Je ne sais pas si tous les pays font la même place au crime dans les médias, mais pour ce qui est de la France, nous sommes servis. Le temps octroyé à la couverture médiatique de ces évènements occulte presque tout le reste de l’actualité. Et comme si cela ne suffisait pas, il existe maintenant des émissions spécialisées qui retracent les grandes affaires criminelles. C’est à croire que la criminalité et la délinquance intéressent de plus en plus les foules et font monter l’audimat. La violence s’installe ainsi dans notre société où, par le biais des réseaux sociaux les individus s’invectivent et se détruisent. J’ai toujours été choqué par l’emploi de ce symbole du pouce levé ou baissé pour approuver ou condamner une opinion sur internet. N’était-ce pas de cette façon que les Romains appréciaient la bravoure des gladiateurs en demandant la vie sauve pour les plus valeureux ou la mort pour les plus faibles ? Sommes-nous si loin de cette barbarie des arènes Romaines ? 

Lire plus »

38ème DIVISION D'AFRIQUE

Sur un mur de mon atelier, j’ai accroché cette photo que je regarde toujours avec beaucoup d’émotion. Elle fut prise pendant la guerre de 1914 - 1918 près du front de la bataille des Flandres. On y voit mon grand-père maternel portant la barbe, au premier rang à gauche, entouré de ses camarades, tous dans leur uniforme de la 38ème Division d’Afrique, 4ème Régiment de marche de Zouaves, 10ème Compagnie. Il m’avait souvent parlé de cette photo pour me dire que certains de ses frères d’armes n’étaient pas revenus et qu’il ne fallait surtout pas oublier non plus ces Berbères morts pour la France. Il me disait avoir eu beaucoup de chance de survivre même s’il avait été gazé et touché par l’explosion d’une torpille. 

Lire plus »

CE QU'ON A FAIT DE L'ISLAM

Dans les années 50, je voyais dans le magasin de brocante de mon grand-père à Belcourt en Algérie, toutes sortes de gens appartenant à des communautés religieuses différentes et qui venaient par sympathie, boire le café et discuter un peu. Il y avait là toutes les races et toutes les confessions. Chrétiens, Musulmans, Juifs ou bouddhistes vivaient alors côte à côte en bonne intelligence. Même sur nos meubles il y avait des symboles de l’islam mélangés au judaïsme.

Lire plus »

Regrets

(Poème écrit par notre amie niçoise Andrée Boissin le 26 mai 1952)

 

Dans le calme du soir, au pied du crucifix

Je viens m’agenouiller, en vous offrant Seigneur

Les regrets qui, toujours, dans le fond de mon cœur

S’agitent tantôt vifs, ou tantôt imprécis.

 

Et puis, voici qu’un jour, un rayon de lumière

Vint inonder mon cœur, me montrer un chemin

Dans lequel, hésitante, je m’engageais enfin

Confiante, transformée, soupçonnant un mystère.

 

Car ce fut un mystère, le merveilleux retour

Qui me ramène émue, auprès de vos autels

Touchée par vôtre grâce, c’est comme un coin du ciel

Qui le dévoilerait dans un rayon d’amour.

 

C’est alors que mes yeux recherchant le chemin

Jadis parcouru, dans une indifférence

Suffisant à mon cœur, à mon indépendance

Dans ce passé perdu, dont je me sens si loin !

 

Me voici à vos pieds, avec mes souvenirs

Je vous ai méconnu, je vous ai offensé

Pardonnez-moi Seigneur, car toutes mes pensées

Sont remplies de regrets et de vrai repentir.

 

Je m’engage, ô mon Dieu, à toujours vous servir

Et toujours vous aimer, sans détour, sans faiblesse

Vous m’avez pardonnée, j’y penserai sans cesse

Je m’abandonne à vous, c’est là mon seul désir.

 


Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.

Créez votre propre site internet avec Webador